Fola Flora prend racine, suivez son évolution au fil du temps…

 

Troisième opus du Végétal Sublimé

Dans la poursuite de la démarche du Végétal Sublimé, l’Artiste-Photographe Nicolas Roux Dit Buisson,
choisit de révéler la richesse botanique insulaire et son lien historique avec les contes et légendes Corses.

Ce terroir recèle à l’état naturel plus de 2500 espèces de plantes dont 296 sont purement endémiques ou de régions voisines. Certaines, comme le myrte, le thym, l’asphodèle ou l’hellebore, présentes aux alentours de Bonifaccio sont devenues partie intégrante de la culture méditerranéenne.
Le regard de l’artiste et son interprétation de la réalité dévoilent les relations entre la flore et la culture. Ils font prendre conscience des enjeux du végétal et de la valeur patrimoniale de l’environnement tant méridional que mondial.
Deux univers, fola (a) – dérivé corse de fabula au sens de “récit”- et flora -pour le monde végétal-, deux facettes de l’identité Corse, sont réunis par Le Végétal Sublimé dans cette nouvelle session :
                              Fola Flora.

Le Concept :

Le projet artistique Le Végétal Sublimé vise à révéler le végétal qui nous entoure et à l’élever au rang d’œuvre d’art.    
L’écriture purement photographique de l’artiste s’inspire des mythes et légendes d’un terroir souvent attachés aux plantes emblématiques qui y vivent.
Cette recherche de sens rapproche botanique, art contemporain et culture. De cette vision délibérément esthétique naissent des images puissantes captant l’attention,partant d’une réalité pour
amener le spectateur aux rives de l’abstraction. Elles lui permettent de redécouvrir ses racines à travers ce nouveau regard.

Projet à caractère culturel, scientifique et éducatif, il concourt à la mise en valeur du patrimoine botanique et à la diffusion des connaissances. Ses images collectées à travers le monde s’attachent à démontrer que le Végétal est :
Le point de départ et Le point commun de toute civilisation.

A Bonifacio

Le Végétal Sublimé s’inscrit dans la durée. Sur la bases de critères artistiques et de principes de travail précis, Il opère de lieu en lieu à la recherche des spécimens les plus signifiants.
Fola Flora sera la troisième grande session de ce projet.

En Corse, situé au cœur de la Réserve Naturelle et du Parc Marin International des Bouches de Bonifacio, la ville et son terroir répondent particulièrement à ces critères. Nous y trouvons une nature spécifique et préservée dont les plantes endémiques ont fait la réputation de l’ile. Du maquis jusqu’au jardin, de la cuisine à la décoration, de l’herboriste au parfumeur,

 l’émotion subtile de la flore se retrouve partout et forme une facette de son identité.

Ce terreau culturel et naturel servira de base à l’artiste pour réaliser les nouvelles créations, cœur de l’exposition. Elle  se déclinera en deux volets : L’un «hors les murs» jouant avec un choix d’œuvres pour pavoiser la ville, depuis le port vers la ville haute, dès le début de la saison touristique, dont certaines pourront êtres représentées en volume et l’autre en intérieur à l’espace Saint Jacques ; l’exposition proprement dite des tirages Fine Art originaux au cœur de la saison culturelle.

 La résidence artistique

Elle permet à Nicolas Roux Dit Buisson de : 

  • poursuivre ses recherches documentaires,
  •  rencontrer les scientifiques, les tenants de la culture locale et les habitants,
  • affiner sa démarche pour aboutir à la sélection des plantes qu’il photographiera la saison venue,
  • écrire de livre Fola Flora  puis créer la la scénographie de l’exposition avec ses animations annexes.
L’exposition :

«veda* è senta**»  
percevoir et ressentir

Percevoir* : L’artiste utilise l’émotion visuelle contenue dans chaque fleur, qu’il croise avec ses recherches. Il apporte ainsi une quatrième dimension à l’image : le Sens.

Ressentir** : En présence des œuvres, le spectateur effectue le chemin inverse. L’émotion suscitée par l’image provoque une curiosité favorable à la compréhension de l’histoire qui en est à l’origine.

Médiation &
développement durable

Les légendes à l’origine des œuvres serviront de base à des animations élaborées en collaboration avec la municipalité.

L’implication du public sera stimulée par un vote pour participer au choix des œuvres offertes à la ville de Bonifacio. L’interactivité de la démarche artistique trouve ainsi son aboutissement selon les principes du développement durable.

Visites, rencontres ou ateliers photographiques seront l’occasions d’échanges avec l’artiste.

La scénographie

Son parti pris consiste à présenter une série d’œuvres réalisées en Corse aux cotés de pièces extraites des Collections de l’artiste. Ainsi le végétal insulaire rejoint la grande galerie du Végétal Sublimé.

Cette confrontation met en évidence l’importance du végétal par les valeurs et les symboliques que l’homme lui attribue :

« ceci n’est pas QU’UNE fleur »